Réalisation        
Cadre
Montage
Vidéo mapping
Prise de vue aérienne
Ateliers vidéo

En quelques images, découvrez une partie de ce que je fais:

Vos paramètres de cookies actuels empêchent l'affichage de contenu émanant de Youtube. Cliquez sur “Accepter et afficher le contenu” pour afficher ce contenu et accepter la politique d'utilisation des cookies de Youtube. Consultez la Politique de confidentialité de Youtube pour plus d'informations. Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment dans vos paramètres des cookies.

Accepter et afficher le contenu

Mes compétences

J'ai été monteur avant d'être cadreur, aujourd'hui je fais également de la réalisation, de la prise de vue aérienne (télépilote) et je suis également technicien vidéo mapping.
Une continuité où les nouvelles expériences sont nourries des plus anciennes et viennent également les enrichir.

Je parle, écris et comprends l'anglais relativement bien.

Je tourne aussi bien pour du documentaire que de la fiction, de l'institutionnel, du reportage, de la pub, des clips ou de l'évènementiel (captation conférence, sport, TV, concert, after movie)...

Je monte des documentaires, de la fiction, de l'institutionnel, du reportage, de la pub, des clips, de l'évènementiel...

J'écris et/ou je réalise des documentaires, de la fiction, de l'institutionnel, du reportage, de la pub, des clips...

Je peux assurer l'installation d'une régie multicam, une régie de projection vidéo mapping, des vidéo projecteurs (+ calage) en simple, en stack et/ou en soft edge etc...

J'ai le permis CACES R486 A et B (PEMP: Plate-forme Elevatrice Mobile de Personne), ce qui me permet de prendre de la hauteur en toute sécurité.


J'ai également le permis CACES  R489 Cat 1, 3 et 5 (chariots de manutention automoteurs à conducteur porté), ce qui me permet de charger, déplacer ou décharger le gros matériel sans trop d'effort.

Mon histoire

À 11 ans, alors que j'écoute énormément INXS, mon cousin me prête une VHS de leur concert Live Baby Live. À la fin de l'enregistrement, la cassette continue et je découvre alors un documentaire qui a bouleversé ma vie :
un vrai/faux documentaire sur le groupe irlandais U2 lors de sa tournée ZOO TV.
Dès lors, ce groupe n'aura de cesse de m'accompagner, de m'habiter, de m'influencer et de m'inspirer, d'une part, et d'autre part, ce documentaire m'aura convaincu de la puissance du média audiovisuel.

En 2000, je vois Memento (de Christopher Nolan) au cinéma : je serai donc monteur.

En parallèle de mes études en électronique (BAC + BTS), je suis pendant 3 ans un atelier vidéo (animé par Flora Galuchot) qui me servira d'une part à me nourrir et d'autre part à expérimenter la vidéo en touchant aussi bien à une caméra qu'à un banc de montage.

C'est lors des ateliers vidéo organisés par l'association Hors Cadre "un été au ciné" que je rencontre des professionnel(le)s pour la première fois.

En 2001, j'y co-réalise une fiction sous l'égide de Luc Moullet. Ce dernier remarque mon intérêt pour le montage et est amusé par une "fausse bande-annonce" que j'ai montée "en bonus".

En 2002, c'est avec la réalisatrice Belge Sandrine Dryvers que je co-réalise le documentaire "D'une rive à l'aute" sur les migrants du "camp de Sangatte" juste avant son démentellement. Dans la foulée, nous réalisons également une installation vidéo avec l'artiste / vidéaste Erik Chevalier sur le thème des migrants. Cette installation projette la vidéo depuis l'intérieur d'un égout, sur un écran circulaire en lieu et place de la plaque d'égout. Sans le savoir, ce sera ma première expérience de vidéo mapping.

Une fois mes études terminées, j'obtiens un DEUG Audiovisuel & Multimédia en 1 an à l'Université de Valenciennes. J'en profite pour développer l'écriture de mon premier court métrage : Director's Cut.

En 2006, Luc Moullet me recontacte pour me proposer de monter son court-métrage Le litre de lait.
Une complicité nait à cette occasion entre lui et moi.

Après un stage au service Bandes Annonces de France 2, je fais un stage chez Nao! puis suis engagé en 2007 chez Cyrano Production comme monteur en CDI.

Début 2008, je me lance dans la production et la réalisation de mon premier court métrage (qui est un moyen métrage en réalité) : Director's Cut. Un projet trop ambitieux (15 jours de tournage) sur lequel je fais mes premières armes.

Toujours en 2008, Luc Moullet me rappelle pour monter cette fois un long métrage documentaire : La terre de la folie. Obligé de choisir, je démissionne donc de mon poste pour monter ce film. Luc Moullet décide alors de me faire confiance et me laisse déstructurer complètement son film pour lui proposer un montage très différent de celui qu'il avait imaginé au départ. Notre complémentarité permet au film d'être sélectionné à La Quinzaine des Réalisateurs à Cannes l'année suivante. L'accueil du public y est très bon.

Depuis, j'alterne entre des projets à caractère institutionnel et cinématographique.
En 2010, je m'achète ma première caméra (ma fidèle Sony EX1) et en 2011, je commence à cadrer en plus de monter.

De 2011 à 2015, je suis embauché sur une création de poste par Le Festival De Cannes pour gérer l'entièreté des vidéos du site officiel du festival.

En 2020, je me décide à me former comme télépilote pour compléter mes tournages au sol avec des prises de vue aériennes en drone.

En 2023, je fais une formation longue de 9 semaines pour être technicien vidéo mapping et je fais mes premières armes en la matière lors du Vidéo Mapping Festival en avril 2023 à Lille.
Je passe également les CACES R486 et R489.
Je donne des cours de post-production (essentiellement axé sur le workflow et le montage) au Série Mania Institute.

Aujourd'hui, en dehors des projets de montage documentaire, mon activité professionnelle se résume grosso-modo à
50% de cadre
35% de montage
10% d'écriture/réalisation.
5% autre

voir mon travail


Pêle-mêle 

je suis

  • monteur
  • photographe amateur 
  • papa
  • têtu
  • intermittent du spectacle
  • cadreur
  • ironique
  • réalisateur
  • contradictoire
  • patient
  • bricoleur (du dimanche)
  • vidéaste
  • polyvalent
  • passionné
  • "fan" de U2
  • équipé
  • né la même année que le mot caméscope
  • cérébral
  • passeur d'images
  • introverti
  • droitier
  • pragmatique
  • utopiste   
  • pilote de drone
  • technicien vidéo mapping


je ne suis pas

  • un héros (faut pas croire ce que disent les journaux)
  • graphiste ( visiblement )
  • gaucher
  • auto-entrepreneur
  • sur twitter
  • fan de métal       
  • contradictoire
  • extraverti
  • de droite
  • un animal
  • web designer ( encore moins )
  • sur liste rouge
  • pour (ni contre)          
  • amateur de café (ni de bière)


j'ai à disposition

  • Sony FX3
  • Sony a7 III
  • Sony ex1
  • Canon 5DsR


  • Opique SIGMA Art 14-24mm F2.8
  • Opique SIGMA Art 20mm F1.4
  • Opique SIGMA Art 24-70mm F2.8 OS
  • Opique SIGMA Art 24-105mm F4
  • Opique SIGMA Art 35mm F1.4
  • Opique SIGMA Art 50mm F1.4
  • Opique SIGMA Art 85mm F1.4
  • Opique SIGMA 70-200mm F2.8 DG DN OS Sport
  • Opique TAMRON 90mm F2.8 Macro
  • Opique TOKINA 24mm T1.5 ciné


  • Matte Box swing away 2x 4*4


  • Filtre NSI 4x4 ND 0.3
  • Filtre NSI 4x4 ND 0.6
  • Filtre NSI 4x4 ND 0.9
  • Filtre NSI 4x4 ND 1.2
  • Filtre NSI 4x4 ND 10
  • Filtre NSI 4x5.6 ND dégradé


  • Trépied Sachtler Ace
  • Trépied Gitzo Carbon XL
  • Trépied Sachtler Video 14 II


  • Stabilisateur DJI Ronin RS2 Pro
  • Stead Tilta Float + Ronin RS2 Pro
  • Stabilisateur Letus Helix
  • Exosquelette Cine G L'Aigle
  • Prompteur 7 pouces
  • Follow Focus HF 3 voies CineGears


  • Moniteur enregisteur 7' Atomos Shoogun
  • Moniteur 7' SDI / HDMI (x2)
  • EVF Zacutto Gratical HD (sdi/hdmi)


  • Zoom H4N
  • Micro canon AT + bonette anti-vent
  • Perche carbon Gitzo 2m80
  • Micro Cravatte HF Seinnheiser AVX (x2)
  • Micro APN Rode
  • Micro main Beyer Dynamic M69 + bonette


  • Light panel
  • Lumière LED 30x30cm + pied + batterie (x3)
  • Lumière LED 30x45cm + pied + batterie (x2)
  • Lumière LED 30x90cm + pied + batterie (x2)
  • Blonde 2Kw (x2)


  • MacBook Pro M1 2021 avec suite Abode
  • Ecran 34 pouces 21/9ème Ultrawide
  • Système de monitoring Yamaha
  • Vidéoprojecteur full HD Epson EH-TW6700





Actualité

Table ronde 

"L’éducation aux images, un pont vers la création professionnelle ?"

© Gaël Clariana / Acap – pôle régional image

Les 18 et 19 mars 2024, le réseau des pôles régionaux d’éducation aux images et l’Acap – pôle régional image ont choisi la ville de Lille pour accueillir sa rencontre nationale annuelle, en partenariat avec le Festival Séries Mania et le CNC. Une table ronde a réuni des cinéastes qui s’engagent dans l’éducation aux images pour appréhender les liens entre transmission et création professionnelle.

Extrait:

De la participation à un atelier à la professionnalisation : la belle histoire d’Anthony Verpoort 

Jeune, Anthony Verpoort a participé aux ateliers “Un été au ciné”. Il est ensuite devenu monteur puis réalisateur. « Aujourd’hui, je rends ce qu’on m’a donné à l’époque en intervenant pour Passeurs d’images via l’Association Hors cadre qui existe depuis 20 ans et qui est toujours là !” 

Nicolas Huguenin est le directeur de l’Association Hors cadre qui mène, entre autres et depuis plus de 20 ans, des projets Passeurs d’images en région Hauts-de-France, en lien avec l’Acap. 

C’est dans le cadre de ce dispositif que les deux hommes se sont rencontrés. 

 


“Une histoire de boucle qui se boucle” 

Anthony Verpoort commence par rappeler à quel point les acteur·rices de terrain en contact avec les jeunes, présent·es à l’année dans les structures, sont un relais indispensable.

Il revient ensuite sur sa rencontre avec le réalisateur Luc Moullet qui intervient lors d’un atelier dans le cadre de l’opération « Un été au ciné » à Calais en 2001. Anthony Verpoort a 19 ans à l’époque. Lors de cet atelier, le groupe réalise un film : Léa, Léa et Léa. Luc Moullet monte le film avec les jeunes. Anthony se passionne pour cette étape du montage et réalise même la bande annonce de ce très court film de 10 minutes à peine ! Ce qui amuse beaucoup Luc Moullet qui prend ses coordonnées.

Quelques années plus tard, Anthony Verpoort reçoit un appel de Luc Moullet qui lui propose de monter le court-métrage qu’il vient de terminer. Pendant deux semaines, Ils travaillent ensemble en parfaite osmose. Quand il s’agit de monter son long métrage documentaire “ La Terre de la folie”, Luc Moullet fait alors à nouveau appel à Anthony.  Le film est présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2009. Anthony devient alors le monteur attitré du cinéaste. 20 ans après l’atelier de Calais, en 2021, Luc Moullet contacte Anthony Verpoort pour lui demander une copie de “Léa, Léa et Léa” afin de présenter le film lors d’une rétrospective que lui consacre la Cinémathèque Française.

À la suite de cette expérience, Anthony Verpoort réalise un film pour raconter son histoire, à la demande de Nicolas Huguenin, directeur de l’association Hors Cadre et “metteur en scène” de projets comme il se définit lui-même, en tant que coordinateur  : « On a fait 200 ou 300 films d’ateliers depuis 30 ans, il n’y a pas 200 ou 300 histoires comme celle-ci  ! ». 

 

Nicolas Huguenin présente ensuite le travail de revisite qu’il effectue avec des films d’ateliers, coordonnés par Hors-Cadre, via le dispositif Focus PI. Cette démarche a pour objectif de donner de la visibilité à ces expériences menées en ateliers en numérisant les films les plus anciens et en facilitant leur diffusion lors de séances thématiques éditorialisées : “ On propose aux acteurs de terrain de faire des diffusions de ces films, qui sont donc sans droit, qui sont gratuits, qui sont faits par des jeunes et qui parlent à des jeunes”. L’autre volet de ce dispositif consiste à créer des contenus “bonus” permettant de revenir sur ces productions d’ateliers et d’y apporter un nouvel éclairage. Nicolas Huguenin termine son intervention en soulignant :  “On a maintenant (…) un patrimoine qui ne tient qu’à nous d’aller capitaliser, valoriser et qui peut toujours être vivant”.

Jean-Marie Vinclair conclut qu’il est en effet nécessaire de s’emparer de toute cette matière qui raconte la France et qui est intéressante du point de vue sociologique. De poser la question de comment l’action culturelle a pu se développer ou pas, mais aussi de regarder les pratiques des jeunes, les pratiques du faire.

 




Retrouvez l'intégralité de cet article ici :
https://www.lefildesimages.fr/leducation-aux-images-un-pont-vers-la-creation-professionnelle/